Musiques du cygne

 

 

Musiques du cygne dans Musique Ary_Scheffer_-_Franz_Liszt

Franz Liszt (wikimedia.org)

Franz%20Schubert cygne dans Musique

Franz Schubert (oxfordlieder.co.u

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici un nouveau tryptique, qui n’est pas d’une originalité formidable, mais qui a le mérite de réunir trois grands compositeurs autour d’un thème archipoétique, archiclassique, battu et rebattu, livrant néanmoins chacun des pièces d’exception. Je pense au Chant du Cygne, de l’autrichien Franz Schubert (1797-1828) (dans la transcription de Franz Liszt, 1811-1886, pour piano), au Cygne du français Camille Saint-Saëns (1835-1921) et au Lac des cygnes, du russe Tchaïkovsky (1840-1893). Bien sûr, pour le ballet de Tchaïkovski, j’avais l’embarras du choix, mais la valse du premier acte me charme singulièrement. Bonne écoute !

Le Chant du Cygne (Ständchen) – Schubert, Liszt, Horowitz

Le Lac des Cygnes, acte I, Valse – Tchaïkovski, orchestre de Philadelphie

« Le Cygne » in Le Carnaval des Animaux – Saint-Saëns, Jeremy Nicholas

 

Saint-Saens Liszt

Camille Saint-Saëns (hberlioz.com)

70029-004-74AD88C3 Piano

Piotr Ilitch Tchaïkovski (britannica.com)

 

Publié dans:Musique |on 23 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Sortes de douceur – la harpe, la rêverie, la photographie

Sortes de douceur - la harpe, la rêverie, la photographie dans Musique Arcade-Fire-2

Arcade Fire (indiepoprock.fr)

 

Je me suis laissé convaincre, en trottant autour de cette idée, par le format d’un triptyque musical, d’une libre association de morceaux appartenant délibérément à des époques et des climats variés. Après trois musiques élémentaires, voilà mon offre du jour. Trois murmures, l’étude « Harpe éolienne » de Chopin dans l’exquise version de Vladimir Horowitz (s’il vous donne des boutons, ne vous jetez à aucun prix dans les bras de Lang Lang qui défigure abominablement cette pièce enchanteresse), une étude d’un compositeur et pianiste russe encore de ce monde, Nikolai Kapustin, au doux nom de « Rêverie », et pour terminer un extrait de la bande originale du remarquable film de Spike Jonze, Her, une bande-annonce vraiment léchée par le groupe Arcade Fire. C’est la même histoire que pour le triptyque précédent : je vais de l’une à l’autre, bercé par leurs bras confondus, confondu par cette plénitude aux tons si caressants. Puissiez-vous en faire autant, et varier vos propres combinaisons de douceur, si le coeur vous en dit ; dans mon bouquet, harpe, rêverie et photographie.

 

Etude n°1 op. 25, « Harpe éolienne » – Vladimir Horowitz

Nikolai Kapustin, Huit études de concert, pour « Rêverie » se rendre à 2:08

« Photograph », tiré de la bande-son originale du film Her (de Spike Jonze) – Arcade Fire

 

 

13330 Arcade Fire dans Musique

Nikolai Kapustin (d154044.u31.europeserver.nl)

 

 

HER_QUAD_AW-low-res_0 Chopin

Vraiment, ce film vaut le détour (psychologies.co.uk)

 

 

 

 

Publié dans:Musique |on 14 mai, 2015 |Pas de commentaires »

A l'encre de mes mots ... |
Lestilleulsmentent |
Imagines1d5s0slm |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vampire destiny
| Le théâtre classique
| Kokoroplumeducoeur