Archive pour mai, 2016

Pour ramasser des coquillages – Suétone, Vie de Caligula

 

XLVI. Ses immenses préparatifs de guerre, pour ramasser des coquillages

Enfin, comme pour terminer la guerre, il dirigea son front de bataille vers le rivage de l’Océan. Il disposa les machines, et les balistes, sans que personne connût ou pût deviner son dessein. Tout à coup il ordonna qu’on ramassât des coquillages, et qu’on en remplît les casques et les vêtements. « C’étaient, disait-il, les dépouilles de l’Océan dont il fallait orner le Capitole et le palais des Césars. » Il éleva, pour monument de sa victoire, une tour très haute où il fit placer des fanaux, comme sur un phare, pour éclairer les navires pendant la nuit. Il décerna aux soldats une récompense de cent deniers par tête, et, comme s’il eût dépassé toutes les libéralités anciennes : « Allez-vous-en, leur dit-il, allez-vous-en joyeux et riches. »

XLVII. Son triomphe

(1) Occupé ensuite du soin de son triomphe, il ne se contenta pas d’emmener les prisonniers et les transfuges barbares, il choisit les Gaulois de la taille la plus haute, et, comme il le disait, la plus triomphale, quelques-uns même des plus illustres familles, et les réserva pour le cortège. Il les obligea non seulement à se rougir les cheveux, mais encore à apprendre la langue des Germains et à prendre des noms barbares. (2) Il fit transporter, en grande partie par la voie de terre, à Rome, les galères qui lui avaient servi sur l’Océan. (3) Il écrivit à ses intendants de lui préparer son triomphe avec le moins de frais possible, et néanmoins de le faire tel que jamais on n’en eût vu de pareil, puisqu’ils avaient le droit de disposer des biens de tout le monde.

XLVIII. Ses desseins contre les légions révoltées après la mort d’Auguste

(1) Avant de quitter les Gaules, il conçut un projet d’une atrocité abominable ; c’était de massacrer les légions qui autrefois s’étaient révoltées après la mort d’Auguste, parce qu’elles avaient tenu assiégé son père Germanicus, qui les commandait, et lui-même, qui alors était enfant. On eut beaucoup de peine à le faire revenir d’un aussi aveugle dessein. Il n’en persista pas moins à vouloir les décimer. (2) Il les assembla donc sans armes, même sans épées, et les fit cerner par sa cavalerie. (3) Mais voyant que les soldats se doutaient de son projet, et que la plupart s’échappaient pour reprendre leurs armes et résister à la violence, il prit la fuite, et revint aussitôt à Rome, reportant toute sa rancune sur le sénat, qu’il menaça publiquement, afin de détourner l’effet de bruits si déshonorants pour lui. Il se plaignait, entre autres choses, qu’on ne lui eût pas décerné le triomphe qu’il méritait, oubliant qu’il avait défendu, peu de temps auparavant, sous peine de mort, que l’on parlât jamais de lui rendre aucun honneur.

 

Suétone, « Vie de Caligula », XLVI-XLVIII, Vie des Douze Césars, trad. Désiré Nisard, 1855

 

 

Pour ramasser des coquillages - Suétone, Vie de Caligula dans Littérature (à l'exception de la poésie) Gaius-Suetonius-Tranquillus

Caius Suetonius Tranquillus (shortbiography.org)

caligula-05 dans Littérature (à l'exception de la poésie)

Caligula (science-all.com)

A l'encre de mes mots ... |
Lestilleulsmentent |
Imagines1d5s0slm |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vampire destiny
| Le théâtre classique
| Kokoroplumeducoeur